Accueil Département Enseignants Enseignements Recherche Archives
> Enseignements > Cours et séminaires > Séminaires d’élèves

Séminaires d’élèves

Les Armes de la Critique

Vincent Berthelier (vincent.berthelier(at)ens.fr)

Le SLAC poursuit ses activités d’auto-formation à la recherche par la recherche, en continuant l’étude d’auteur-e-s ayant mis en œuvre une approche matérialiste des phénomènes littéraires ou culturels. Notre problématique de l’année, « Genres littéraires et idéologies », prétend ainsi aborder un sujet classique, les genres littéraires, selon une approche méthodologique originale.

La première séance « Introduction aux problématiques de l’année : Pragmatique des genres littéraires » aura lieu le vendredi 30 septembre, de 14h30 à 17h30 (pause comprise), salle des résistants au 45 rue d’Ulm. (La séance est ouverte à tou-te-s). 

Plus d’informations sur le site.

 

« Parler vrai : démêlés du langage et de la vérité »

Samuel Monsalve (samuel.monsalve@ens.fr), Jacopo Domenicucci (jacopo.domenicucci@ens.fr), Gabriel Lichon (gabriel.lichon@gmail.com)

Le séminaire de philosophie du langage des élèves de l’ENS continue son enquête sur les rapports entre vérité et parole pour sa quatrième année. Parler vrai se veut un lieu de rencontre interdisciplinaire pour les élèves de ce département, du LILA et plus largement pour tous les étudiants intéressés par une réflexion philosophique sur le langage. 

VENDREDI 17H-18H30, SOUS-SOL DU PAVILLON PASTEUR - PREMIÈRE SÉANCE : 7 OCTOBRE 2016.

 

Habiter : L’« encrage » dans la littérature du XXIe siècle

Claire Colard et Zoé Courtois

Face à la multiplication des déplacements, et des déplacés, certains auteurs contemporains, comme Marie Darrieussecq, Marie-Hélène Lafon, Fiston Mwanza Mujila, ou Gauz, se posent la question du lieu. L’écriture devient aujourd’hui une façon d’habiter, c’est-à-dire de retrouver des points cardinaux pour des personnages qui ont quitté leur terre, voire leur langue maternelle (exode rural, immigration). 

Dans un dialogue entre la littérature et les sciences sociales, ce séminaire conjuguera interventions de spécialistes et rencontres avec des auteurs. Pour tout renseignement : habiter.ens@gmail.com 

S2, mardi, 18h-20h. 

 

Normes et transgressions 

Odile Chatirichvili, Louise Dehondt, Marion Lata, Loïse Lelevé, Raluca Petrescu et Marie-Agathe Tilliette 

Réunissant jeunes doctorant.e.s et élèves en littérature comparée, ce séminaire a pour vocation de croiser différentes perspectives de recherche autour de la problématique de la norme et de la transgression en littérature comparée : personnages transgressifs et transgresseurs, littérarité des supports contemporains et enjeux de l’auctorialité, réceptions critiques, réinventions des genres et représentations éclatées du réel… Chaque séance s’articulera autour d’une thématique spécifique et convoquera des corpus larges et ouverts, du XVIe au XXIe siècles.

LUNDI, 18H-20H, SALLE CELAN

MENSUEL – PREMIÈRE SÉANCE LE 10 OCTOBRE

 

« Le placard sous l’escalier : genres, sexualités et identités queer dans les productions culturelles pour la jeunesse (1945-2015) »

Sarah Asset, Anne-Fleur Multon et Marie Alhinho 

Depuis la fin du XIXe siècle, les productions littéraires destinées à la jeunesse ont connu des transformations et un essor qui les mènent aujourd’hui à être omniprésentes sur la scène culturelle contemporaine. Naguère armes de l’éducation des plus jeunes, aujourd’hui réceptacles des peurs, des pulsions et des désirs des « adulescents », ce sont des outils privilégiés pour comprendre les phénomènes de masse qui régissent aujourd’hui les sphères culturelles.

Ainsi, grâce aux interventions de chercheurs reconnus dans le domaine de la littérature pour la jeunesse, mais aussi de professionnels de l’édition et de l’éducation, ce séminaire entend interroger les représentations des genres, des sexualités et des identités de genre dans ces créations polymorphes et en perpétuelle révolution.

SÉMINAIRE BIMENSUEL 

LA SALLE, LE JOUR ET L’HEURE SERONT DÉTERMINÉS À LA RENTRÉE 

 

Mauvais goût, mauvais genre ? Littérature populaire et culture médiatique

Luce Roudier

Les romans populaires ont-ils une valeur littéraire ? Le jeu vidéo mérite-t-il le statut d’art ? YouTube peut-il avoir une valeur culturelle légitime ? Le cinéma est-il un art ou un média populaire ? Le manga est-il de mauvais goût ? Ou plutôt... toutes ces questions ont-elles bien lieu d’être, ou bien ne vaudrait-il pas mieux apprendre à réfléchir autrement...?

Réfléchir autrement, c’est ce que propose ce séminaire, à travers une trentaine d’interventions portant à la fois sur la littérature populaire, la science-fiction, la BD, le jeu vidéo, la comédie musicale, et bien d’autres médias. Chaque semaine, un intervenant différent proposera son regard, et nous avons eu à coeur d’inviter aussi bien des chercheurs reconnus que des jeunes chercheurs innovants.

D’Arsène Lupin à Dragon Ball, nous essayerons de poser un autre regard sur la culture médiatique et populaire, qui d’habitude a si peu de place dans les institutions savantes.

Car le mauvais goût, ça s’apprend.

Voir le programme détaillé.

LUNDI, 16h30-18h30, Salle des Actes

HEBDOMADAIRE – PREMIÈRE SÉANCE LE 3 OCTOBRE

 

La Plume & le Bitume (vol. 3)

Emmanuelle Carinos et Benoît Dufau

"Tu analyses mes textes pour avoir de l’intellect…" (MC Solaar). Depuis janvier 2015, ce séminaire d’élèves ouvert à tous souhaite proposer une approche stylistique du rap français pour analyser "l’style que t’entends" (Booba). Il y a deux types de séances : 

1/ un exposé et une discussion consacrés au style d’un rappeur, à un album ou à une question transversale ;

2/ une rencontre avec un rappeur reconnu.

Il s’agit d’interroger le rapport des rappeurs à l’écriture : pour reprendre les mots de Lino, comment ces "obsédés textuels" conçoivent-ils leur "sale littérature" ? Ont participé au séminaire les rappeurs Vîrus, Lino (Ärsenik), Kohndo (La Cliqua), Kacem Wapalek, Dooz Kawa, Casey et Fuzati (Klub des Loosers). Les invités et le programme de cette année restent à déterminer : toute personne intéressée est invitée à envoyer un simple mail vide à rap45ulm@gmail.com pour figurer dans la liste de diffusion.

JEUDI 18H-20H, SALLE CELAN - PREMIÈRE SÉANCE : A PRÉCISER

 

Séminaire Tolkien

S’il est surtout connu pour son œuvre fondatrice d’écrivain, J.R.R. Tolkien était également un universitaire réputé, spécialiste d’anglais médiéval, philologue, polyglotte. Son légendaire, autant que ses travaux académiques, n’ont de cesse de toucher au cœur du langage et du récit – qu’ils considèrent comme inextricablement liés – et en dévoilent des aspects multiples et divers, qu’il serait impossible d’épuiser. Si, dans l’imaginaire collectif, l’affiliation bien réelle de l’œuvre tolkienienne au genre littéraire de la fantasy paraît en exclure une approche plus académique, de nombreux travaux (thèses, ouvrages, articles, colloques...) ne lui en ont pas moins été consacrés depuis plus d’une vingtaine d’années. C’est l’objectif du présent séminaire que d’offrir un panorama de ces différents travaux, afin d’en montrer toute la diversité, et de donner un aperçu, nous l’espérons le plus ouvert possible, de l’étendue et de la vivacité de ces études tolkieniennes.

Séminaire mensuel. Pour toute information : consulter le site de l’association Tolkiendil ou adresser un mail à : seminaire.ens@tolkiendil.com

MARDI 18H-20H, Salle 236

 

Chanson, voix, poésie

Hortense Raynal

« La chanson est un art complexe de la simplicité ». Ce séminaire se propose d’étudier les enjeux esthétiques de la chanson française - peut-on envisager la chanson sous l’angle textuel et poétique, du moins dans un premier temps, et utiliser sur elle l’outil stylistique et littéraire ? -, les liens et la dialectique entre chanson et poésie, chanson et littérature, le phénomène de la mise en musique du langage, du passage de l’écrit à la voix, l’interprétation, la présentation scénique et la performance, le fait culturel du concert, les mises en musiques sans paroles, la récitation et les lectures publiques, etc.

SÉMINAIRE BIMENSUEL

LA SALLE, LE JOUR ET L’HEURE SERONT DÉTERMINÉS À LA RENTRÉE 

POUR TOUT RENSEIGNEMENT : chanson.ens@gmail.com

 

Franchir la frontière littéraire

Kévin Petroni, Zakaria Sedrati

En empruntant ce terme à Pascale Casanova, nous souhaitons nous intéresser aux déplacements, résistances, détours, qui participent à l’élaboration et à la consécration d’une poétique. Que ce soit en rompant avec le champ politique et intellectuel de sa région ou de son pays, en quittant sa langue pour se constituer en minoritaire dans une autre langue, ou en créant le scandale, les auteurs que nous étudions font partie d’une avant-garde qui a eu pour but de parasiter, contester ou fragiliser l’ordre politique et littéraire régnant.

Une partie de ce séminaire sera consacrée à la revue Souffles et à l’avant-garde littéraire marocaine qui s’est constituée autour de cette même revue ; une autre partie s’intéressera à la littérature corse contemporaine et aux moyens pour cette dernière d’exister au-delà des frontières régionales.

MARDI : 18H-20H ; SALLE À PRÉCISER

PREMIER COURS : 24 JANVIER 2017

 

Afriques transversales 

Ninon Chavoz

Afriques transversales est un séminaire mensuel qui se propose d’analyser et de commenter des textes en lien avec l’Afrique. Partant de l’idée d’un dictionnaire des idées reçues sur l’Afrique, nous nous proposons de consacrer chaque séance à un thème autour duquel sont convoquées plusieurs disciplines et points de vue appelés à entrer en résonance ou en contradiction. Les thèmes abordés cette année seront, entre autres : la sorcellerie, la sexualité, la figure christique, la criminalité, le safari ou le voyage en Afrique. A côté de ces séances thématiques et transdisciplinaires (littérature, histoire de l’art, anthropologie, histoire et géographie) le séminaire accueille chaque mois un artiste ou un écrivain dont l’œuvre a trait à l’Afrique. Plus d’information sur notre site.

 

LUNDI, 18H-20H ; SALLE CELAN

PREMIER COURS : 24 JANVIER 2017

 

Littérature et homosexualité(s)

Jean-Christophe Corrado, Marco Doudin, Agathe Giraud

Le but du séminaire sera d’observer la confrontation du « motif » de l’homosexualité (quelque sens que l’on donne à ces termes) à des textes littéraires venus d’époques, d’horizons culturels, idéologiques, linguistiques divers (autant que possible, nous tenterons d’approcher les textes non francophones en langue originale). Il nous incombera de varier les langages critiques (de l’approche poétique et stylistique à l’examen politique et sociologique, sans exclure des approches volontairement anachroniques) afin d’avoir l’angle de vue le plus large possible sur les enjeux que pose notre objet d’étude. De l’homosexualité revendiquée et volontiers militante à l’évocation la plus oblique, des pornographes gays tels que Guibert ou Genet à l’étude des textes les plus classiques (Homère, Virgile, Pétrone), de la défense et illustration de l’homosexualité (Corydon de Gide) aux attaques d’auteurs homophobes, de L’Affamée de Violette Leduc aux Garçons de Montherlant, nous tenterons de mieux comprendre ce que devient l’homosexualité quand elle fait son entrée en littérature.

Mardi, 16H-18H : Salle de conférence, 46 rue d’Ulm 

Pour tout renseignement : seminaireLetH@gmail.com  

Programme prévisionnel

31 janvier : Séance d’introduction

Marco Doudin (ENS), De la “question gaie” au queer studies

7 février : Agathe Giraud (Paris IV-Sorbonne), “ Lorsque le corps vous abandonne” : le sida au creux de l’intime dans l’oeuvre de Jean-Luc Lagarce 

21 février : Jean-Christophe Corrado (ENS, Paris IV-Sorbonne), Jean Genet et la constitution du sujet homosexuel

28 février : George Sidéris (ESPE de Paris, Paris IV-Sorbonne), L’engagement des écrivains dans la revue homophile Arcadie de 1954 à 1960

7 mars : Jean-Paul Rocchi (Paris-Est), James Baldwin : écrire l’homosexualité, dés-écrire l’identité

14 mars : Marco Doudin (ENS), “We’re gonna write our own AIDS play !” : Kramer, Kushner, et la mémoire de l’épidémie

21 mars : Pierre Lyraud (ENS, Oxford University), Portrait de l’homosexuel en Saint Simon

28 mars : Pierre Zoberman (Paris XIII), Penser les genres et la sexualité au passé : les débuts de l’époque moderne

18 avril : Alexandra Poulain (Paris III), La performance queer en Irlande

25 avril : Esther Demoulin (ENS, University of Kent), Sartre et l’homosexualité : au-delà du Saint Genet

2 mai : Antoine Nicolle (ENS), Pierre Louÿs et le saphisme

9 mai : Séance réservée aux participations des élèves

  |   Contacts & Plans  |   Mentions légales  |   Plan du site  |   Suivre la vie du site RSS